Interpréter les comptes d'une Entreprise

Parmi les notions clés à connaître pour bien interpréter les comptes de son entrepris, on dénombre plusieurs notions comptables essentielles à maitriser :

- La Marge.

- Le résultat de l'entreprise ( résultat d'exploitation, résultat financier et résultat exceptionnel).

 - Les charges d'exploitation.

 - La Capacité d'autofinancement ou CAF.

 - L’équilibre financier du bilan.

 

 

 

 L'évolution de votre marge :

 Si l'évolution de votre chiffre d'affaires et de vos parts de marchés est importante, c'est avant tout celle de votre marge qui doit vous intéresser. La marhe c'est le chiffre d'affaires diminué du coût d'achat des marchandises vendues, incluant les frais accessoires et la variation de stocks. En effet on retient pour ce calcul non pas les achats de l'exercice, mais les achats consommés au cours de la période.

 

 Résultats d'exploitation, financier et exceptionnel :

 Le résultat, c'est l'indicateur clé de vos comptes. Il vous permet de découvrir si votre exercice a été bénéficiaire ou non. Mais l'examen de votre compte de résultat vous permet aussi de savoir si le résultat net dégagé provient de l'activité même de votre entreprise, de sa situation financière ou d'éléments exceptionnels.

 

 Le poids des différents postes de charges :

 Pour passer du chiffre d'affaires et de la marge à la dernière ligne de votre compte de résultat, c'est à dire au résultat même, le poids de certaines charges peut avoir une influence déterminante. Vous devez donc reprendre chaque poste de charges et analyser son évolution sur les derniers exercices et par rapport à la variation de votre chiffre d'affaires, pour bien analyser et comprendre votre performance. Vous devez également porter une attention particulière aux charges fixes, qui pénalisent les entreprises dont l'activité est fluctuante et veiller à ce que leur montant se maintienne à un niveau raisonnable afin qu'une baisse d'activité ne risque pas trop de fragiliser votre entreprise.

 

 La capacité d'autofinancement :

 Pour le calcul de votre résultat, il a été tenu compte de certaines charges qui ne sont pas décaissées sur l'exercice - les dotations aux amortissements et aux provisions principalement - et de certains produits qui ne sont jamais encaissés, tels que les reprises sur provisions. Si vous neutralisez ces charges non décaissées et ces produits non encaissés, en ajoutant les premières au résultat et en déduisant les seconds, vous obtenez le flux de trésorerie dégagé par votre entreprise ou capacité d'autofinancement.
Cette capacité d'autofinancement doit permettre au moins de rembourser le capital des emprunts, de payer les investissements financés sur fonds propres (investissements autofinancés), de financer le besoin en fonds de roulement - c'est à dire l'argent nécessaire au fonctionnement de l'entreprise - et de rémunérer les propriétaires de l'entreprise, les associés ou l'entrepreneur individuel. En cas de crise il est déterminant de disposer de réserves ou d'en constituer en augmentant les fonds propres grâce à de nouveaux apports.

 

 L'équilibre financier du bilan :

Votre entreprise possède des actifs. Certains sont dits permanents ou durables, car ils présentent une forme de stabilité : le fonds de commerce et le matériel par exemple. D'autres ont des délais de rotation plus rapides, tels que les stcoks ou les créances clients ; ils peuvent être qualifiés d'actifs à court terme.
En ce qui concerne le passif, la même distinction peut être faite. Le passif à long terme comprend les fonds apportés ou laissés par les actionnaires ou l'entrepreneur à la disposition de l'entreprise et les emprunts dont l'échéance est à plus d'un an.
En revanche, les autres dettes (fournisseurs, organismes sociaux, Etat...) sont en principe à payer à brève échéance. Un bilan structurellement bien équilibré implique donc que les actifs à long terme soient inférieurs au passif à long terme.
Les effets de la crise économique ont une incidence directe sur cet équilibre : l'absence de résultat, la défaillance de quelques clients, la remise en cause de crédits peuvent considérablement modifier, et ce trés rapidement, l'équilibre d'une entreprise. La lecture des comptes - d'un fournisseur notamment - doit donc permettre aux dirigeants d'évaluer un éventuel risque de non-continuité de l'exploitation ou d'absence de pérennité de l'entreprise engendré par un déséquilibre financier.
Si vous comparer l'actif et le passif à court terme, vous obtenez le fonds de roulement. Un fonds de roulement négatif (passif supérieur à l'actif) ou faiblement positif est généralement un signe de déséquilibre financier auquel il convient de remédier au risque que l'entreprise se retrouve rapidement asphyxiée.

 

 L'analyse du besoin en fonds de roulement :

Un fonds de roulement positif n'est pas en lui même un signe suffisant de bonne santé financière. Il convient de s'assurer qu'il couvre le besoin en fonds de roulement de l'entreprise. Le besoin en fonds de roulement se définit comme l'argent qu'il faut mettre dans l'entreprise pour la faire fonctionner. En effet, celle ci doit en général engager des dépenses en règlement de ses achats et frais généraux, avant même d'encaisser les ventes. Le besoin en fonds de roulement correspond donc aux stocks et aux créances de l'entreprise, diminués de ses dettes non financières (fournisseurs, personnel...).
A partir de là, soit les stocks et créances sont inférieurs aux dettes à court terme. Cela signifie que l'entreprise encaisse plus vite ses créances qu'elle ne règle ses dettes. Elle dégage ainsi un besoin en fonds de roulement négatif qui lui est favorable (c'est le cas par exemple d'une entreprise qui réalise des ventes au comptant et règle ses fournisseurs à terme).
Soit la proportion est inversée. L'entreprise règle plus vite ses fournisseurs que ses clients ne la payent. Elle aura alors un besoin en fonds de roulement positif, besoin qu'elle devra financer.
Il est donc important que vous examiniez avec soin l'évolution de votre besoin en fonds de roulement. Suivez notamment les délais de règlement de vos clients et fournisseurs, car un dérapage de quelques jours peut avoir des conséquences importantes sur votre trésorerie, un décalage qui dans une période de crise arrive vite.

Dernière modification lemardi, 11 juin 2013 17:56
moncreditprofessionnel.com courtier en credit professionnel

Demande de crédit en express ? Cliquez ici
ou contactez nos conseillers au 0811 290 217

Demande credit en ligne : cliquez sur l'image.