Afficher les éléments par tag : mobilisation de créances http://moncreditprofessionnel.com Wed, 12 Dec 2018 06:11:26 +0100 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr Le financement Court Terme de l'Entreprise. http://moncreditprofessionnel.com/guide-du-credit-professionnel/guides-credit-professionnel/le-financement-court-terme-de-l-entreprise.html http://moncreditprofessionnel.com/guide-du-credit-professionnel/guides-credit-professionnel/le-financement-court-terme-de-l-entreprise.html

Différentes techniques de financement existent pour financer les besoins Court Terme d'une Entreprise : Les effets de commerce , les créances publiques, La loi Dailly, la facilité de caisse,l'affacturage.

Quelle est la meilleure technique de financement pour votre entreprise ?

 

 

1) Mobiliser ses effets de commerce (Lettre de change ou Billet à ordre) :

Cette technique de financement bancaire nécessite que vos clients vous règlent sous forme d'effets de commerce.

L'escompte est réalisé sous la forme d'une avance immédiate du montant des effets commerciaux non échus à la date de remise. La durée de l'avance et le calcul des intérêts sont fonction des dates d'échéance des effets.

 

2) Mobiliser ses créances publiques avec OSEO :

• crédit confirmé pour une durée de 12 mois en général,

• cession des créances effectuée selon les articles L 313.23 à L 313.34 du code monétaire et financier, dits "Loi Dailly".

 

3) Mobiliser ses créances privées (avance sur facture ou Dailly) :

L'avance sur facture France ou export faite par les banques permet de mobiliser des créances détenues sur des clients dès l'émission de la facture :

• cession des créances effectuée selon les articles L 313.23 à L 313.34 du code monétaire et financier, dits "Loi Dailly",

• réalisation de l'avance par débit en compte ou mobilisation de billets à ordre.

Pour les créances à l'export, l'avance est réalisée par escompte de billets "MCNE" (Mobilisation de Créances nées sur l'Etranger).

 

4) Financer ses besoins ponctuels : la Facilité de Caisse.

La Facilité de Caisse est la plus simple des techniques de financement à court terme :

• utilisation souple par débit en compte,

• charge d'intérêt optimisée par rapport au besoin,

• intérêts perçus à terme échu.

 

5) Financer ses besoins récurrents : le Crédit de campagne ou de trésorerie.

Adaptés aux activités saisonnières (crédits de campagne) et aux besoins durables de financement d'exploitation (crédits de trésorerie) :

• mise à disposition des fonds en compte courant par escompte de billets financiers,

• durée des avances : de 8 jours à 3 mois seulement,

• montant des avances : dans la limite de l'autorisation de crédit.

  • Affacturage
  • mobilisation de créances
  • OSEO
  • créances privées
  • besoins de trésorerie
  • optimisation du poste client
  • Dailly
  • escompte
  • rachat de balance
    ]]>
    Le crédit professionnel Thu, 15 Jan 2009 08:53:53 +0100
    Affacturage pour entreprises et professionnels http://moncreditprofessionnel.com/guide-du-credit-professionnel/guides-credit-professionnel/affacturage-pour-entreprises-et-professionnels.html http://moncreditprofessionnel.com/guide-du-credit-professionnel/guides-credit-professionnel/affacturage-pour-entreprises-et-professionnels.html

    L'affacturage ou « factoring » est un mode de financement du poste Clients d'une entreprise.

    Cette méthode consiste, pour une entreprise, à céder les créances qu'elle possède sur ses clients, à un organisme financier spécialisé, souvent lui-même filiale d'un grand groupe bancaire.

     

    Ainsi, en revendant ses créances à cet organisme, l'entreprise récupère immédiatement de la trésorerie, grâce au réglement partiel du montant des factures cédées. Cet organisme se charge ensuite d'en assurer le recouvrement.

    Qui peut avoir recours à l'affacturage ?

    L'affacturage est une technique de financement au service de tout type d'entreprise, dans tous les secteurs d'activité quelle que soit leur taille, à condition qu'elles travaillent avec une clientèle d'entreprises.

    Cependant, comme pour tout financement, un accord préalable de l'organisme financier est nécessaire.

    Quels sont les avantages de l'affacturage ?

    Lorsque vous vendez des biens ou des services à une autre entreprise, votre créance apparaît au moment où vous émettez la facture.

    Si cette facture est payable à une échéance convenue, sans affacturage, vous devrez attendre cette échéance pour encaisser les fonds.

    Les avantages de l'affacturage sont de nombreuses natures :

    • La possibilité de retrouver votre trésorerie immédiatement, dès la facturation, sans attendre l'échéance.
    • La tranquillité, puisqu'une fois votre créance cédée, vous n'avez plus à effectuer les tâches administratives liées au paiement de votre facture. C'est l'organisme financier qui prend en charge le suivi du réglement.
    • une grande fiabilité des informations commerciales sur vos clients
    • un gage de sérieux et de bonne gestion de votre part vis-à-vis des tiers, puisque vous sécurisez votre poste clients
    • la possibilité de déléguer le suivi des impayés et éventuellement du recouvrement
    • la faculté de dégager du temps que vous pourrez consacrer à vos clients et à la bonne marche de votre entreprise

    Qu'est-ce-que le factor ?

    Le factor ou affactureur, est l'organisme financier spécialisé avec lequel vous signez un contrat d'affacturage.

    Ce contrat fixe le cadre dans lequel vous pouvez céder vos factures à cet organisme.

    Dès signature du contrat, vous pouvez lui remettre vos factures à mesure de leur émission, dans les conditions préalablement fixées.

    Votre factor vous règle le montant convenu et assure auprès de votre client le recouvrement de la créance à son échéance.


    Comment procède-t-on en pratique ?

    Avant de vous donner un accord sur un contrat d'affacturage, votre factor analyse votre fichier clients, afin d'en mesurer les risques. Pour ce faire, il vous demande de lui fournir, pour chaque entreprise cliente, ses coordonnées, son numéro de Siret et le montant de l'encours de factures que vous envisagez de lui confier.

    Après signature de votre contrat d'affacturage, vous remettez à votre factor, une copie de la facture que vous avez émise, mentionnant le délai de paiement accordé à votre client.

    Le factor vous règle la somme correspondant à chaque facture reçue, après déduction de ses frais et d'une éventuelle retenue de garantie (voir page 18).

    Il se charge de se faire payer à l'échéance, directement par votre client et fait son affaire des impayés éventuels.

    Ainsi, en récupérant les liquidités des factures que vous avez émises, vous reconstituez votre trésorerie.


    Shéma d'affacturage

    schema_affacturage2.JPG

     

    Combien coûte l'affacturage ?

    Le factor finance votre poste Clients et à ce titre se rémunère sur ce financement.

    Cette rémunération tient compte du risque qu'il prend dans cette opération, ainsi que du coût du service de recouvrement.

    Généralement, le factor prélève sur chaque remise de factures :

    • une commission d'affacturage correspondant aux frais de gestion du factor, incluant le coût des éventuelles relances et recouvrement qu'il pourrait être amené à effectuer.
    • Une commission de financement correspondant à l'avance de trésorerie consentie. Cette commission est exprimée sous la forme d'un taux appliqué au montant financé et sur la durée du financement (comme pour l'escompte).
    • Une participation à un fond de garantie destiné à couvrir le risque de factures impayées. La somme versée dans ce fond correspond à un pourcentage du montant de chaque facture conformément aux dispositions négociées dans le contrat.


    Qu'est-ce que la retenue de garantie ?

    Votre contrat prévoit généralement une retenue de garantie destinée à couvrir le risque de facture impayée.

    Le montant de cette retenue dépend de votre contrat et reste fonction de l'estimation du risque supporté par le factor, sur votre entreprise et sur vos clients.

    Une somme est prélevée sur chaque facture que vous remettez à votre factor, jusqu'à la constitution d'un fond dit « de garantie », représentant un pourcentage sur le volume total confié au factor.

    Une fois le fond de garantie constitué, la retenue de garantie n'est plus prélevée sur chaque facture, et le fond est conservé par votre factor.

    Cette somme peut être utilisée par le factor en cas de difficultés de recouvrement des factures cédées.

    Ce fond de garantie vous est restitué par votre factor en cas de rupture de vos relations ou de non renouvellement du contrat à l'échéance.


    Quels sont les travaux pris en charge par le factor ?

    Le factor prend en charge le suivi, la gestion et le recouvrement de vos créances commer-ciales :

    • suivi du paiement à l'échéance
    • relances éventuelles
    • gestion des demandes de prorogations éventuelles
    • gestion des impayés éventuels
    • recours contentieux si nécessaire

    Comment s'effectue le partage des risques entre le factor et l'entreprise ?

    Selon le contrat que vous avez signé, vous pouvez :

    • soit supporter l'impayé de votre client en cas d'insolvabilité de sa part, et après les relances infructueuses de votre factor,
    • soit choisir de faire supporter ce risque à votre factor, jusqu'à 100% de la créance, selon les termes de la négociation de votre contrat, c'est l'assurance-crédit.


    Qu'est-ce-que l'assurance-crédit ?

    L'assurance-crédit est un service optionnel de l'affacturage, souvent proposé par les factor, mais aussi par des sociétés d'assurance spécialisées.

    Ce service vous permet de vous prémunir contre le risque d'insolvabilité de votre clientèle, ou bien contre des risques extérieurs à l'entreprise concernée (risque de marché, de secteur, ...)

    Egalement, l'assureur-crédit tient à jour une cotation de chaque entreprise ; celle-ci sert de référence dans les échanges commerciaux nationaux et internationaux.

    L'assurance-crédit dans vos opérations internationales :

    L'assurance-crédit peut également intervenir dans vos opérations commerciales d'exportation.

    En effet, les principaux services proposés optionnellement sont :

    • les renseignements sur la solvabilité de vos clients étrangers,
    • des renseignements sur le risque pays (risque politique, risque économique, ...),
    • une caution bancaire et douanière auprès de votre client étranger,
    • un service de recouvrement contre les éventuels impayés sur l'étranger,
    • une couverture contre le risque de change.

     

    Mots clefs :

    Affacturage - avance sur facture - tresorerie entreprise - crédit de trésorerie - assurance crédit - Besoin en Fonds de Roulement ou BFR - financement des exportations - poste client - exportations et affacturage - délais de paiement - assurer son chiffre d'affaires - vente de factures -

    • Affacturage
    • assurance crédit
    • factoring
    • rachat de balances
    • trésorerie
    • mobilisation de créances
    • poste clients
    • MCNE
      ]]>
      Le crédit professionnel Thu, 15 Jan 2009 08:48:43 +0100
      Comment optimiser la trésorerie de votre Entreprise ? http://moncreditprofessionnel.com/guide-du-credit-professionnel/guides-credit-professionnel/comment-optimiser-la-tresorerie-de-votre-entreprise.html http://moncreditprofessionnel.com/guide-du-credit-professionnel/guides-credit-professionnel/comment-optimiser-la-tresorerie-de-votre-entreprise.html

      Sans trésorerie, l’entreprise est en péril. Son suivi régulier est donc indispensable à une saine gestion. La surveillance des soldes bancaires est certes un bon point de départ, mais elle n’est pas suffisante. Il existe des règles simples et de bon sens qui permettent au chef d’entreprise de passer du rôle d’observateur à celui d’acteur soucieux d’optimiser et de sécuriser la gestion de son entreprise.

       

      Les cinq leviers d’optimisation de votre trésorerie :

       

      La mission du chef d’entreprise consiste à intervenir à chaque étape du processus de formation de la trésorerie, en visant un objectif : accélérer les encaissements et ralentir les décaissements. Et en suivant cinq principes de base.

       

       

       

      1  Faites le bon choix du mode de  financement des investissements


      Respectez un principe élémentaire :

       

      "un investissement produisant un profit sur une longue période doit être financé sur du moyen ou du long terme, soit par des capitaux permanents

      (capital, comptes courants ou emprunts), soit par un crédit-bail."

       

       

       

       

      2  Anticipez la croissance


      Dans la plupart des entreprises, les décaissements précèdent les encaissements, et l’écart peut se creuser en phase de croissance rapide.

      Une entreprise performante peut ainsi se trouver en cessation de paiement. En phase de développement, le chef d’entreprise doit donc anticiper les financements nécessaires,

      opération complexe qui nécessite le recours à des professionnels (banquiers, experts-comptables…).

       

      3  Accélérez vos encaissements

       

       

       

      Selon votre activité, les techniques sont différentes mais l’objectif reste le même : réduire le délai entre le moment où vous engagez les coûts, lors de la prise de commande, et celui où vous encaissez le produit de la vente. Vous disposez pour cela de trois moyens d’action :

       

      • Réduire les délais de livraison en étudiant l’enchaînement des activités entre la prise de commande et la livraison. Résultat attendu : identifier toute perte de temps.

       


      • Réduire les délais de facturation en facturant vos ventes dans les meilleurs délais. Pourquoi ne pas passer d’une facturation mensuelle à une facturation bimensuelle ? L’impact peut être significatif en jours d’encaissement clients.

       


      •  Réduire les délais d’encaissement : ce n’est pas le plus facile car ces délais dépendent  des conditions du marché et de la position de l’entreprise vis-à-vis des clients. Il s’agit de plus d’une action délicate au plan de la relation commerciale. Sauf à proposer un escompte attractif donc coûteux pour paiement comptant, il est difficile de demander un paiement immédiat. En revanche, la mise en place d’une procédure régulière de suivi des comptes clients et des encaissements, et la désignation d’une personne en charge de contacter les clients en cas de retard ou d’anomalie, est souvent efficace. Les clients s’aperçoivent très vite de l’absence de suivi de leur compte et ont une tendance naturelle dans ce cas à allonger leurs délais de règlement.

       


      Vous pouvez également avoir recours à l’affacturage, source précieuse de financement à court terme : vous remettez tout ou partie de vos créances clients à un tiers, le factor, qui en assure le paiement immédiat moyennant une commission . Ce factor assurant ou non, selon le type de contrat, le risque d’impayés.

       


      Enfin, d’autres techniques financières permettent d’encaisser immédiatement des créances clients :
      • l’escompte de traite : technique de mobilisation de créances commerciales. Le banquier escompte ou met à la disposition de l’entreprise le montant de la créance commerciale sous déduction de sa rémunération  ;
      • la cession Dailly : cession ou nantissement de certaines créances aux banques selon une procédure de mobilisation de créances.

       


       

      4  Ralentissez vos décaissements


      Cette fois, deux moyens d’action sont envisageables :


      • Réduisez le poids de vos stocks, car ils constituent de la trésorerie « dormante ». L’objectif est d’avoir un niveau de stock le plus faible possible, ce qui suppose une grande fiabilité des délais de livraison et des voies d’approvisionnement (risque de rupture).  Quelques recommandations : informatisez la gestion de vos stocks, reliez commandes clients et décisions d’approvisionnements, utilisez les procédures de stocks d’alerte et débarrassez-vous des stocks « anciens » (promotion ou même mise au rebut).


      • Réduire les délais de livraison en étudiant l’enchaînement des activités entre la prise de commande et la livraison. Résultat attendu : identifier toute perte de temps.

       


      • Réduire les délais de facturation en facturant vos ventes dans les meilleurs délais. Pourquoi ne pas passer d’une facturation mensuelle à une facturation bimensuelle ? L’impact peut être significatif en jours d’encaissement clients.

       


      •  Réduire les délais d’encaissement : ce n’est pas le plus facile car ces délais dépendent  des conditions du marché et de la position de l’entreprise vis-à-vis des clients. Il s’agit de plus d’une action délicate au plan de la relation commerciale. Sauf à proposer un escompte attractif donc coûteux pour paiement comptant, il est difficile de demander un paiement immédiat. En revanche, la mise en place d’une procédure régulière de suivi des comptes clients et des encaissements, et la désignation d’une personne en charge de contacter les clients en cas de retard ou d’anomalie, est souvent efficace. Les clients s’aperçoivent très vite de l’absence de suivi de leur compte et ont une tendance naturelle dans ce cas à allonger leurs délais de règlement.

       


      Vous pouvez également avoir recours à l’affacturage, source précieuse de financement à court terme : vous remettez tout ou partie de vos créances clients à un tiers, le factor, qui en assure le paiement immédiat moyennant une commission . Ce factor assurant ou non, selon le type de contrat, le risque d’impayés.

       

       

      5  Négociez vos conditions bancaires

       


      Aujourd’hui, tout se négocie, même avec son banquier. Vous devez donc régulièrement valider vos conditions financières et les taux pratiqués, car ils évoluent en permanence.
      La négociation peut porter sur les taux pratiqués (remise de chèques, virements, découvert, escompte, Dailly, frais de gestion sicav, caution...), sur les dates de valeur.
      Une fois encore, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence et à comparer les conditions proposées.

       

       

      • trésorerie
      • cash
      • Affacturage
      • dailly
      • escompte
      • e-affacturage
      • mobilisation poste client
      • mobilisation de créances
      • facturation
      • délais de paiement et de règlement
        ]]>
        Le crédit professionnel Wed, 14 Jan 2009 14:41:03 +0100